Arthroscanner 

Genou-épaule-hanche- poignet -cheville-coude

 Il consiste à injecter un produit de contraste qui va « colorier » l’intérieur d’une articulation afin d’étudier son contenu (cartilages, ménisques,…) et l’état de certaines structures adjacentes (ligaments, os, tendons,…). Le produit va distendre et remplir d’éventuelles ulcérations et fissurations (du cartilage par exemple) qui n’auraient pu être vues sur d’autres examens radiologiques. La piqûre est brève réalisée à l’aide d’une aiguille fine. C'est le seul moment un peu désagréable de l’examen, adouci par l’injection d’un anesthésique local avant celle du contraste. Celle-ci est rapide. Puis différents clichés radiologiques sont pris. La prise de ces clichés dure entre 5 et 10 minutes suivant les articulations. Puis vous serez dirigé vers le scanner pour la deuxième partie d’examen ou un scanner classique sera réalisé et permettra les reconstructions 3D. Le produit de contraste se résorbera spontanément en quelques heures par passage dans la circulation sanguine puis dans les urines. Les complications sont tout à fait exceptionnelles :
Risque d’allergie : En cas d’antécédent allergique, le produit iodé potentiellement allergisant n’est pas injecté afin d’éviter une complication. Un autre examen d’imagerie est alors proposé : IRM ou arthro-IRM.
Risque d’infection.
Risque d’hémorragie si vous avez un trouble de la coagulation.
Risque de malaise vagal.

 

Avant, pendant et après l’examen :

 

Avant l’examen :

Il ne faut pas être à jeun.

N’oubliez pas d’apporter vos anciennes radiographies, scanner ou IRM.

Prévenez-nous lors du rendez-vous et le jour de l’examen si :

  • Vous êtes enceinte ou si vous risquez de l’être au moment de l’examen : il faudra alors repousser l’examen.

  • Vous avez une anomalie de la coagulation sanguine ou si vous êtes sous anti-coagulants.

  • Vous avez eu une infection récemment (fièvre).

  • Vous êtes allergique (asthme, eczéma, allergie alimentaire ou médicamenteuse, réaction lors d’un précédent examen avec injection d’iode).

 

Pendant l’examen :

 Suivez bien les recommandations du Radiologue et du Technicien Manipulateur. Lors de la prise de clichés, essayez de rester immobile. 
La piqûre est réalisée sous anesthésie locale et dure en moyenne 2 à 3 minutes.

 

Après l’examen :

Ne pas trop vous servir de l’articulation dans les 24 heures suivantes. Cela permet d’éviter douleur et épanchement. Si des douleurs surviennent durant la journée et notamment le soir de l’examen, n’hésitez pas à recourir aux médicaments antalgiques et anti-inflammatoires que votre médecin vous a déjà prescrits et à poser une vessie de glace sur l’articulation sensible. Dans la très grande majorité des cas, de telles mesures viennent à bout des douleurs. Si des douleurs, un gonflement de l’articulation ou une fièvre persistaient ou survenaient dans les jours qui suivent, il faudrait nous appeler (01 45 08 94 84 ou 01 44 82 60 00) ou appeler votre Médecin traitant sans délai. En effet, toute ponction comporte un très faible risque d’infection. Nous prenons toutes les précautions d’asepsie afin de l’éviter.

Arthroscanner du genou

L'arthroscanner du genou est indiqué pour la recherche de defect cartilagineux ou pour le bilan d'une fissure méniscale.

Il est le plus souvent effectué en deuxième intention après une IRM du genou ou en bilan pré-opératoire.

Arthroscanner de l'épaule

L'arthroscanner d'épaule est utile pour l'analyse des fissurations des tendons de la coiffe des rotateurs. Il est en général un bilan de seconde intention après IRM ou échographie et est demandé avant chirurgie pour une étude précise de la topographie de la fissure, de son extension et pour étudier l'état des muscles de la coiffe des rotateurs.

L'arthroscanner d'épaule est particulièrement utile pour les bilans d'instabilité, permettant alors d'évaluer l'insertion haute du biceps (recherche de SLAP lesion) et l'état du bourrelet glénoïidien en particulier après luxation d'épaule.

L'examen est indiqué en cas de suspicion d'omarthrose pour l'étude du cartilage ou la recherche de fragment cartilagineux intra-articulaire.

Arthroscanner du poignet

L'arthroscanner du poignet est l'examen de référence pour l'étude des atteintes ligamentaires et cartilagineuses du poignet.  Après traumatisme et en cas de suspicion d'instabilité du carpe secondaire, l'arthroscanner permettra de rechercher une arthrose du poignet et une rupture des ligaments intrinsèques du carpe (scapho-lunaire ou luno-triquetral) . L'examen est aussi utile après fracture du scaphoide compliquée de pseudarthrose.

L'examen est réalisé en deux parties. La première partie appelée temps arthrographique va consister à injecter dans le poignet un produit de contraste. L'opacification de l'ensemble des interlignes et compartiments du poignet nécessite entre 1 et 3 injections.

La seconde partie consiste en la réalisation d'un scanner sur le poiget préalablement opacifié.

Arthroscanner de cheville

L'arthroscanner de cheville est indiqué pour l'exploration des atteintes intra-articulaires de cheville et notamment la recherche de lésion ostéo-chondrale du dôme talien, l'évaluation des lésions cartilagineuses et la recherche de corps étrangers intra-articulaires. 

L'examen est réalisé par injection dans la cheville d'un produit de contraste opacifiant l'articulation. Au cours du geste, une infiltration de produit cortisoné peut être réalisée dans le même temps.  

Arthroscanner de hanche

L'arthroscanner de hanche est réalisé avec une injection de produit de contraste en intra-articulaire pour opacifier l'interligne coxo-fémoral (articulation de la hanche). L'examen est particulièrement utile pour l'exploration  des pathologies cartilagineuses débutantes, la recherche de conflits fémoro-acétabulaires et l'analyse des pathologies du bourrelet acétabulaire. 

Arthroscanner du coude

L'arthroscanner est un examen qui permet d'analyser avec une grande précision l'articulation du coude et les cartilages articulaires.L'examen est souvent prescrit en cas de raideur,  de blocage ou de douleurs persistantes après un traumatisme.

Comme pour tous les arthroscanner, l'examen est réalisé en deux temps. 

La première étape consiste à injecter un produit de contraste dans l'articulation du coude sous guidage radiologique. L'injection est peu douloureuse et ne dure que quelques secondes. La seconde étape consiste à analyser l'articulation opacifiée en scanner (cartilage, tendon et ligaments) .

Please reload

© 2016  par IMPC Bachaumont .

  • Facebook Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • YouTube Social  Icon

Pour prendre rendez-vous

0179361000

Partenariats et membership :  nous rejoindre